Asan Juma, diplômée d’une école de commerce, s’est engagée à faire porter la voix de la communauté LGBTI+ au Sud-Soudan, son pays natal. 

Dans ce pays déchiré par la guerre, les gays, les lesbiennes, et les personnes LGBTI+, font face à la criminalisation, la discrimination et la stigmatisation.

Le Président Salva Kiir Mayardit, a même nié leur existence. La communauté LGBTI+ ne bénéficie pas des droits les plus fondamentaux, notamment l’accès à la santé. Ses membres n’ont pas non plus accès aux informations concernant la santé sexuelle ce qui les place dans une situation d’exclusion.

En 2016, pour répondre à ce climat d’hostilité à l’égard de la communauté LGBTI+, Asan a fondé l’association Accès pour tou·te·s Sud-Soudan (AFA). Son but : mettre fin à la stigmatisation perpétuelle que subissent les personnes LGBTI+ à travers l’ensemble du pays. Pour cela, l’association, qui est dirigée par la communauté, organise de nombreuses activités telles que des matchs de foot féminin amicaux entre différentes équipes locales, de façon à ensuite discuter avec les coaches à ce sujet. L’AFA offre également aux élèves du secondaire la possibilité de les conseiller et orienter professionnellement. 

En 2017, Asana dénoncéque les autorités Sud-Soudanaises ont pris des mesures sévères contre l’AFA. En effet, six employé·e·s ont été emprisonné·e·s pendant trois mois. De plus, les comptes bancaires auraient été gelés, et les meubles, matériels et documents de l’association tels que leurs certificats d’inscription auraient été confisqués. 

Un an plus tard, en 2018, Asan et ses collègues ont fui le pays, craignant d’être assassinés sur les ordres du Gouvernement. Asan est aujourd’hui à Kampala en Ouganda, où elle continue de travailler avec un statut de demandeuse d’asile. 

Soutenez Asan en lui envoyant un message de solidarité ci-dessous.